Nos Secrets de Voyage
Bienvenue sur ce forum!!!

Certaines sections du forum ne sont réservées qu'aux membres. Pour avoir accès aux Compte-rendus et Photos de voyages, veuillez vous inscrire.

Nos Secrets de Voyage

Forum de discussions sur les voyages de tous genres et vers toutes destinations
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Les Invités doivent s'inscrire pour avoir accès aux sections Compte-rendus et Photos de voyage
-38%
Le deal à ne pas rater :
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
156 € 250 €
Voir le deal

 

 Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel

Aller en bas 
AuteurMessage
Nicole C
Administratrice
Administratrice
Nicole C

Balance Localisation : Montréal, Québec, Canada
Emploi/loisirs : Retraitée / Voyages, musique, espagnol, lecture
Votre pays : Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel Ca10

Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel Empty
MessageSujet: Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel   Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel Clock210Mar 28 Déc 2010 - 16:20

Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel

(BUM)
Véritable mosaïque de paysages luxuriants et de vastes étendues désertiques jalonnées de baobabs centenaires, le Sénégal présente une infinité de milieux naturels. Chaleureux et hospitalier (c’est la fameuse téranga en langue wolof), le Sénégal est un creuset d’ethnies qui contribuent à la richesse culturelle du pays. Située entre le Sahel au nord et la forêt subtropicale au sud, cette destination particulièrement attrayante, bordée à l’ouest par l’océan Atlantique sur 700 km de côte, est traversée par quatre fleuves : Sénégal, Gambie, Saloum et Casamance.


Les sites incontournables
Saint-Louis, la belle du nord

Au nord du Sénégal, Saint-Louis, ville d’art et d’histoire fondée au XVIIe siècle, s’étend sur une île. Elle doit son nom au roi de France Louis XIII. Ex-capitale de l'Afrique-Occidentale française (de 1897 à 1902) et plaque tournante du commerce (esclaves, or, ivoire) vers l’Europe et l’Amérique, cette cité mythique et fascinante a vu son centre historique être classé au patrimoine mondial par l’UNESCO. La vieille ville a conservé de jolis restes de son passé florissant, à l’image des maisons coloniales à étages aux façades de chaux chatoyantes, ornées de balcons en fer forgé et dotées d’une toiture à double pente recouverte de tuiles rouges. Les rues et les quais, qui se parcourent facilement à pied ou en calèche, racontent 300 ans d’histoire et dévoilent volontiers leurs trésors intimes : des escaliers intérieurs aux patios fleuris, de vieux entrepôts et arsenaux décrépis, des hôtels de légende, sans oublier quelques trésors comme le fameux pont Faidherbe construit en treillis d’acier et le Palais du Gouvernement. Aux environs, les parcs nationaux de Djoudj et de la Langue de Barbarie sont des sanctuaires où prospère la faune de l'estuaire et des berges du fleuve Sénégal.

Dakar et l’île de Gorée
Capitale du Sénégal, Dakar, érigée sur la presqu’île du Cap-Vert, concilie traditions de l’Afrique et modernité du XXIe siècle. Ne manquez pas de visiter le cœur historique et les marchés Sandaga, Tilène ou Soumbédioune qui vibrent de vie et de couleurs. À 20 minutes en bateau de Dakar, l’île de Gorée exerce une véritable fascination. Ici, charme et émotion se conjuguent au gré des ruelles et des vieilles maisons coloniales imprégnées d’histoire et de légendes. À Gorée, inscrite au patrimoine mondial par l’UNESCO, la découverte de la Maison des Esclaves, du Musée de la Femme ou du Musée Historique procure d’intenses moments d’émotion.

La Petite Côte, stations du soleil
La Petite Côte s’étend sur 70 km au sud de Dakar. C’est une succession de plages entrecoupées de pittoresques villages de pêcheurs : Popenguine réputé pour son pèlerinage, Somone au cœur de sa lagune, puis les sites plus touristiques de Nianing et Mbour et enfin Fadiouth, l’île aux coquillages, avec ses greniers à mil sur pilotis et son cimetière… Puis, Saly est « la » station balnéaire la plus célèbre de toute l’Afrique de l’Ouest. C’est aussi un centre de pêche sportive de renommée internationale.

Le parc national du delta du Saloum
À l’ouest du Sénégal, cette réserve de la biosphère, qui occupe une partie du delta du Sine-Saloum, est un monde aquatique de lagunes et de mangroves où vivent trente-six espèces de mammifères et des milliers d’oiseaux. Ici se côtoient des singes verts, des hyènes tachetées, des phacochères. Quelques dauphins et lamantins font parfois leur apparition dans la mangrove, ainsi que nombre de reptiles : tortues, varans, couleuvres, crocodiles…

La Casamance, jardin d’Éden
Au sud du pays, entre la Gambie et la Guinée-Bissau, la Casamance, bercée par son fleuve, est le jardin ou le grenier du Sénégal. La flore y est d’une richesse inouïe : papayers, fromagers, arbres du voyageur et palétuviers bordent les rizières et les fleuves. Ziguinchor, la capitale fondée par les Portugais en 1560, est considérée comme la ville la plus « africaine » du Sénégal. Elle est agencée autour d’un centre-ville aux vestiges coloniaux entouré de quartiers périphériques abritant chacun une ethnie différente. Au cap Skirring, le retour des pirogues multicolores après la journée de pêche est un spectacle magique. Et que dire du littoral et de ses plages, parmi les plus belles d'Afrique?


Le saviez-vous?
Eau douce ou eau salée?

Les bolongs sont des chenaux d'eau saumâtre, typiques du Saloum et du fleuve Casamance. Ces bras de mer sont soumis au rythme des marées et l’eau douce se mêle à l’eau de mer.

Vénérable bouteille?
Emblème du Sénégal, le baobab, qui signifie « arbre de mille ans », ne dépasse pas 10 m de hauteur, mais sa circonférence peut atteindre 20 m et plus. Les Sénégalais s’en servent principalement pour la cuisine (écorce, feuilles et fruits). C’est dans la région de Thiès que poussent les baobabs les plus impressionnants.


Les coups de cœur
- Le parc national de Niokolo-Koba dans la région orientale.
- Le festival Saint-Louis Jazz de renommée internationale.
- Le musée Théodore Monod d'art africain à Dakar.
- Le lac Rose dont la teinte change au fil des heures.
- L’île de Karabane à l'embouchure du fleuve Casamance.


À savoir avant de partir
La meilleure période : la saison sèche dure de novembre à juin.
Quelques précautions : protégez-vous contre les piqûres de moustique, utilisez des répulsifs et dormez si possible sous une moustiquaire.
N’oubliez pas d’emporter des pastilles antiseptiques pour purifier l’eau, une protection solaire à fort indice de protection, vos médicaments.

Source: Voyage.sympatico.ca

_____________________
Nicole
Administratrice


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
https://nossecretsdevoyage.forumperso.com
Nicole C
Administratrice
Administratrice
Nicole C

Balance Localisation : Montréal, Québec, Canada
Emploi/loisirs : Retraitée / Voyages, musique, espagnol, lecture
Votre pays : Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel Ca10

Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel Empty
MessageSujet: Re: Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel   Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel Clock210Jeu 3 Fév 2011 - 15:07

Le Sénégal, pays de la Teranga
Nathalie Côté
Le Soleil


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pour un premier voyage en Afrique noire, nous avons choisi le Sénégal.
Photo: AFP


Pour un premier voyage en Afrique noire, nous avons choisi le Sénégal. En novembre dernier, quand la grisaille québécoise a été bien installée, nous sommes partis trois semaines au pays de la Teranga (qui signifie «hospitalité»). Ce merveilleux pays, négligé des touristes nord-américains, a pourtant bien des attraits : des paysages de plage et de palmiers, l'océan, les dunes du désert, la vallée du fleuve Sénégal et la rencontre avec ses habitants si sympathiques, souriants et accueillants.

L'aventure débute à Dakar. La mer qui borde la ville lui donne tout son charme. Le soleil y brille toute la journée. Les marchés colorés et les rues animées rappellent l'Afrique à chaque pas, mais les gens pressés et anonymes, les édifices modernes font penser à toutes les grandes villes du monde. C'est une étape obligée. Nous dormons dans une charmante maison d'hôte, la Maison d'Ambre, où calme et confort sont au rendez-vous.

Une visite au monument de la Renaissance africaine s'impose. Cet impressionnant ouvrage de bronze couleur chocolat, de 52 m de haut, représente une famille tournée vers le reste du monde.

Nous avons aussi visité le phare des Mamelles, une élégante construction blanche, construite sur une des deux montagnes de Dakar. Ce phare comporte une lampe de 1000 watts ayant une portée d'environ 50 km. La vue de la ville y est magnifique.

Gorée la magnifique
À quelques encablures au large de Dakar, l'île de Gorée apparaît comme un bijou dans son écrin maritime. La «chaloupe», comme ses habitants la surnomment, relie l'île au continent et offre une perspective différente de la ville de Dakar et une vue imprenable de Gorée. La traversée dure 20 minutes.

Cette île minuscule est chargée d'histoire et son passé est tristement lié à la traite des esclaves. La Maison des esclaves permet de mieux comprendre cette tragédie et nous porte à la réflexion. Les visiteurs explorent les lieux silencieusement et s'expliquent mal ces faits historiques.

À Gorée, les ruelles ombragées et les maisons colorées charment les yeux. On se croirait hors du temps. On y circule seulement à pied car il n'y a pas de voiture. Passer la nuit dans une chambre d'hôte pour profiter de l'île, sans les hordes de touristes présents durant la journée, s'avère un excellent choix. Le climat doux, le paysage bucolique, le confort douillet de la chambre de la Villa Castel avec ses tomettes et ses persiennes nous font regretter de ne pas prolonger notre séjour.

De retour sur le continent, nous continuons jusqu'au lac Rose, qui n'a de rose que le nom, ce jour-là. C'est précisément à cet endroit que le rallye Paris-Dakar prenait fin. On y observe l'extraction du sel, ce dur travail exécuté par les villageois, qui ratissent le fond du lac avec leurs outils et chargent le sel à bord de leurs pirogues à la seule force de leurs bras. Des montagnes de sel sur le rivage offrent un paysage quasi-lunaire.

Le désert
Puis nos chemins nous conduisent au désert de Lompoul. C'est un paysage de dunes striées ocre et orangé. Le désert est magnifique. Une vraie découverte pour des gens à leur première visite en terre africaine. Les dunes sculptées comme des vagues, les couleurs changeantes selon l'orientation du soleil, le clair de lune, les étoiles, tout est réuni pour rendre cet endroit enchanteur. Nous logeons au Sénégal Lodge dans une authentique tente mauritanienne dotée du confort moderne : des lits confortables, l'eau courante et une salle de bain complètement extérieure, éclairée par des lampes-tempêtes. Quel dépaysement! La nourriture et le service sont excellents, ce qui ne gâche rien.

Au petit matin, une méharée de quelques heures nous permet de rêver que nous sommes seuls au monde et ajoute du charme à l'aventure. Des promenades à pied à travers les dunes nous font prendre conscience de l'aridité de cette région et nous remplissent les yeux de paysages semblant sortis tout droit du film Un thé au Sahara.

Au moment où le soleil est à son zénith, le désert se transforme littéralement en fournaise. Une baignade dans l'Atlantique est de rigueur. L'océan est à quelques jets de pierre. Le contraste entre le désert et l'océan si proche est surprenant.

Saint-Louis
Étape suivante : Saint-Louis, située au nord du pays. Une ville sympathique aux multiples visages qui mérite qu'on y passe quelques jours. Le quartier colonial est propice aux promenades: ses maisons élégantes, les beaux balcons ouvragés devant les cottages et leurs patios intérieurs. Nous avons eu le bonheur d'être accueillis à la Maison Jamm, une maison d'hôte exemplaire, typique du quartier colonial, emménagée avec goût et qui a tout pour plaire. Elle allie le charme de l'ancien au confort du moderne. Yves et son équipe ont fait de notre séjour chez eux un point fort de notre voyage. Une adresse que nous recommandons sans hésitation.

Une visite à Guet N'Dar, le quartier des pêcheurs, s'impose pour mieux connaître Saint-Louis. La balade, avec un guide local en calèche, nous fait découvrir un mode de vie bien différent. Les pirogues colorées, l'activité bourdonnante, les poissons brillants fraîchement pêchés de la mer nourricière et les enfants qui jouent au milieu de tout cela nous surprennent et nous charment.

La semaine suivante est consacrée à la croisière à bord du Bou El Mogdad.

Farniente à M'bour
En fin de séjour, le farniente est au rendez-vous au village de M'bour, sur la petite côte, dans le charmant Tama Lodge. Un hôtel de charme tenu par Elizabeth et Philippe, de sympathiques Français établis maintenant au Sénégal. Cet établissement de faible capacité, qui offre un service attentionné et un hébergement tout confort, séduit sa clientèle. La table y est excellente et le restaurant est emménagé directement sur la plage, les pieds dans le sable!

La plage du Tama est large et bien entretenue. Elle est fréquentée par des Sénégalais, qui la surnomment l'«éco-plage». On y rencontre les gens du coin avec qui on se lie facilement d'amitié. La mer y est calme et la baignade est facile.

Pour rejoindre le village et son animation, pourquoi ne pas opter pour une charrette avec un jeune du village comme guide? La visite du marché commentée, le chantier naval, où l'on construit des pirogues, le retour des pêcheurs et leur femme les attendant sur le rivage sont autant de souvenirs que nous conservons pour les mois froids qui nous attendent.

Somme toute, le Sénégal offre bien des possibilités et trois semaines sont insuffisantes pour les découvrir toutes. Ce pays calme aux paysages changeants, à la table remplie de produits frais et aux habitants attachants nous a séduits. Le pays de la Teranga remplit ses promesses et il nous tarde d'y retourner.

Repères

Capitale :
Dakar

Population :
14 086 103 habitants

Langue parlée : wolof et français

Monnaie utilisée : francs CFA (taux fixe avec l'euro : 655 CFA = 1 euro, soit environ 1,40 $). Apportez des euros plutôt que des dollars américains.

S'y rendre :
Montréal-Dakar avec escale à Paris avec Air France. Montréal-Dakar avec escale à Casablanca avec Royal Air Maroc. Environ 1700 $

Achats à faire : peinture sous verre, tableaux en sable, batik, sculpture, etc.

Meilleure saison pour y séjourner : novembre à avril

Salutations :
Salam maliekoum, à laquelle on doit répondre : Maliekoum salam.

Nanga'def = «Comment allez-vous»?

Source: Cyberpresse.ca

_____________________
Nicole
Administratrice


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
https://nossecretsdevoyage.forumperso.com
 
Sénégal: Au pays de la téranga, un trésor culturel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Secrets de Voyage :: Informations sur les destinations :: Afrique-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser