Nos Secrets de Voyage
Bienvenue sur ce forum!!!

Certaines sections du forum ne sont réservées qu'aux membres. Pour avoir accès aux Compte-rendus et Photos de voyages, veuillez vous inscrire.

Nos Secrets de Voyage

Forum de discussions sur les voyages de tous genres et vers toutes destinations
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Les Invités doivent s'inscrire pour avoir accès aux sections Compte-rendus et Photos de voyage

Partagez | 
 

 Allemagne du Nord - À la plage et à la page

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicole C
Administratrice
Administratrice
avatar

Balance Localisation : Montréal, Québec, Canada
Emploi/loisirs : Retraitée / Voyages, musique, espagnol, lecture
Votre pays :

MessageSujet: Allemagne du Nord - À la plage et à la page   Sam 28 Juil 2012 - 9:22

Allemagne du Nord - À la plage et à la page
Gary Lawrence

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Photo : Gary Lawrence
Une plage d’Ahrenshoop, dans le nord de l’Allemagne,
une région encore méconnue des touristes étrangers.

En ex-RDA, de petites villes balnéaires brillent de plus en plus hors frontière, à l’ombre d’une série de ravissantes cités hanséatiques encensées par l’UNESCO. Lumière sur une Allemagne du Nord dont les bains de soleil sont aussi rassérénants que les immersions en nature et en culture.

Quand aura fondu le dernier esquif de glace sous les pattes d’un ours polaire ; quand le tarmac des aéroports de Sicile fera des bulles sous la chaleur indécente de juillet ; bref, quand le souffle des étés méditerranéens sera plus torride que celui d’un séchoir à cheveux, alors les estivants européens se rueront peut-être sur les plages allemandes de la mer Baltique, ose espérer Albrecht Kurbjuhn, président de la German Riviera.

Fondée il y a quelques années pour faire connaître aux non-Allemands cette partie du Mecklenbourg, en Allemagne septentrionale, la « Riviera allemande » regroupe Bad Doberam (près de Rostock), Heiligendamm et Kühlungsborn, mignonne ville en bord de mer Baltique, où vit depuis 18 ans herr Kurbjuhn.

Attablé à la terrasse de son hôtel en ce confortable mois de juillet, cet Allemand de l’Ouest, qui a étudié à l’Université McGill, espère attirer de plus en plus d’estivants provenant de l’étranger. « Pour l’instant, 99 % des vacanciers de la Kühlungsborn sont allemands, mais la population du pays est vieillissante et nous aurons perdu 10 % de notre clientèle traditionnelle d’ici dix ans », estime l’homme d’affaires. Et pour la renouveler, Albrecht Kurbjuhn mise sur… le réchauffement climatique.

« Tous les Européens qui prennent leurs vacances d’été à la mer, dans le Sud, suffoquent depuis plusieurs années tant les mois de juillet et d’août y sont devenus insupportables. Or, chez nous, on n’a jamais trop chaud, l’air salin est toujours doux et vivifiant, et nous sommes situés dans l’une des régions les plus ensoleillées d’Allemagne », assure celui qui est également hôtelier.

Certes, les six kilomètres de plage de Kühlungsborn ne luiront pas d’un éclat inoubliable dans le grand diaporama des images d’Épinal de l’estivant québécois lambda : sables corrects mais sans plus, algues chevelues par-ci, par-là, brise-lames tous les 20 mètres, et une mer Baltique qui n’arrive pas à la cheville thermique de la Méditerranée.

« C’est vrai, mais l’eau à 17 degrés, ça raffermit la peau ! », indique l’homme d’affaires, tandis que brinquebale quelque retraité un brin courbé sur la longue promenade de front de mer, aux côtés de jeunes familles de plus en plus présentes.

Lumière irréelle

En tout état de cause, le cadre local demeure fort agréable : coquettes maisonnettes à oriels, façades Art nouveau, Art déco ou rococo empreintes de joliesse, tourelles tarabiscotées et mobilier de plage bien astiqué, mais aussi deux ou trois bonnes tables et la proximité d’un château de conte de fées, celui de Schwerin, à une soixantaine de kilomètres.

Un peu plus loin sur la côte, le très altier Kempinski Grand Hotel de Heiligendamm joue pour sa part les augustes palais. Situé au coeur de la première station balnéaire allemande (1793), il a servi de cadre à la rencontre du G7 de 2007, et sa noble architecture immaculée voit se refléter les teintes ensorcelantes des cieux baltiques, le soir, lorsque montent les lueurs du solstice d’été.

C’est cette lumière irréelle qui a attisé et attiré tant de peintres, au XIXe siècle, le long de la péninsule de la Darss, une langue de sable alanguie qui s’étire en une vaste aire protégée. Parmi ces artistes, plusieurs membres de la célèbre école de Barbizon, cette colonie de peintres paysagistes dont faisait notamment partie Corot, se sont alors établis dans le mignard petit bled de pêcheurs d’Ahrenshoop. « À partir du moment où ils ont entendu parler de nous, le bruit s’est répandu partout en Europe, et les peintres ont littéralement afflué pour admirer et reproduire cette lumière si belle qu’on leur avait vantée », explique le maire, Hans Götze.

De nos jours, ce village de 750 âmes (et de 2000 lits) compte toujours de nombreux créateurs de tout acabit, qui y vivotent paisiblement ou y séjournent en résidence, dans une maisonnette à toit de chaume ou dans l’ancienne demeure d’un haut placé ou d’un haut gradé de la RDA.

Entre le ressac baltique et les vagues de touristes, on peut loger ici pour trois fois rien, au village ou au parc national voisin, où 14 km de plages essentiellement vierges et exemptes de brise-lames s’étendent, accessibles uniquement à pied depuis le camping ou l’une des nombreuses pistes cyclables qui sillonnent la région.

Seule note dissonante dans cette symphonie d’authenticité figée dans un passé suranné : l’écrasant et frigorifique Grand Hotel Kurhaus, qui a poussé comme un champignon de verre dans cet humus de maisonnettes et qui jure dans la ligne architecturale que le maire a toujours dit vouloir garder intègre…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Photo : Gary Lawrence
Le château médiéval de Schwerin.

La Hanse des ans forts

Fondé au XIIIe siècle, Ahrenshoop est né à l’époque où la Ligue de la Hanse commençait à dominer la mer Baltique. Pour mâter Ribnitz, qui refusait de rejoindre cette association de villes marchandes d’Europe du Nord, la future toute-puissante Ligue coula plusieurs navires dans l’embouchure du Saaler Bodden (aujourd’hui un lac saumâtre), qui s’ouvrait jadis sur la mer, lui bloquant du coup l’accès à la Baltique.

À son apogée, vers la fin du Moyen Âge, la Ligue hanséatique dominait la Baltique et la mer du Nord et disposait de comptoirs et de villes sur un territoire qui s’étendait de Londres jusqu’à Novgorod, en Russie. À cette époque, toutes les principales villes qui en faisaient partie se sont allègrement enrichies, comme en font foi les grâces architecturales qui embellissent encore Visby (Suède), Riga (Lettonie) ou encore Lübeck, Hambourg et Wismar, en Allemagne.

Mais l’une des plus impressionnantes cités hanséatiques germaniques demeure sans nul doute Stralsund, véritable splendeur gothique. Fondée en 1209, inscrite sur la liste du patrimoine de l’UNESCO (comme Wismar), sa place de l’Hôtel-de-Ville en jette fichtrement, avec ses façades toutes de briques construites, et ses venelles tortueuses offrent la promesse d’interminables balades le nez en l’air, avant qu’on ressente le besoin de plonger celui-ci dans une pinte de weissbier au plus vieux pub portuaire de l’Europe, le Zum Fähre (1332).

C’est droit en face du port de Stralsund que s’étend la plus grande île d’Allemagne, Rügen. Depuis que les Allemands de l’Ouest l’ont découverte après la réunification, ils s’y ruent sans vergogne chaque week-end et durant les vacances d’été. On les comprend : dans un pays où les plages n’abondent pas, les 935 km2 de Rügen sont cernés par certains des plus jolis liserés sablonneux germaniques, entre fabuleuses falaises de craie blanche et stations balnéaires raffinées, dont le plus éminent fleuron demeure sans conteste Binz.

Demeures sur la plage

Quand on admire l’enfilade de graciles façades de cette coquette bourgade, on comprend l’aigreur des Ostalgiques qui regrettent l’époque antérieure à la réunification : en ces temps-là, tous jouissaient de chances égales pour occuper à faible coût l’une ou l’autre de ces maisons exposées aux embruns et dominant une longue et jolie plage de sable fin. Aujourd’hui, seuls les mieux nantis le peuvent.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Photo : Gary Lawrence
Jolie maison à Ahrenshoop.

Plusieurs de ces demeures gardent le souvenir d’histoires émouvantes et éprouvantes. Ainsi, l’hôtel Kurhaus, racheté par un Juif hongrois dans l’entre-deux-guerres, a été totalement rénové et rouvert par l’entrepreneur, avant que celui-ci soit déporté par les nazis. Après avoir échappé aux camps de la mort, l’homme récupéra son hôtel et l’ouvrit de nouveau… mais il lui fut confisqué par le gouvernement de la RDA, qui trouva un faux prétexte pour le réquisitionner. Quand le mur tomba, l’homme était déjà passé de vie à trépas sans héritier, et c’est aujourd’hui la commune de Binz qui gère ce qui est devenu un cinq étoiles très couru…

C’est aussi non loin de Binz que s’étend la plage la plus épatante de Rügen : elle court sur des kilomètres et des kilomètres de sable blond arien. Elle est surtout bordée par le plus long immeuble d’Europe, le complexe de villégiature de Prora, construit par Hitler, qui s’étire sur quatre kilomètres et qui fut désaffecté avant même d’avoir été utilisé (voir Le Devoir du 31 décembre 2011). Laissé à l’abandon pour l’essentiel, il abrite pour l’heure une discothèque et une auberge de jeunesse… en attendant qu’un repreneur se manifeste.

Qui sait, peut-être celui-ci se pointera-t-il quand le dernier esquif de glace arctique aura fondu et quand tout le monde se ruera sur les plages de la mer Baltique pour ne plus suffoquer dans le Sud ?

L'Allemagne du Nord en vrac

Transport : Air Canada, Air France/KLM et Swiss, entre autres transporteurs, relient Montréal à Hambourg via leur plaque tournante respective. De là, il ne reste qu’un peu plus de 150 km jusqu’à la côte Baltique… et il n’y a aucune limite de vitesse sur de longs tronçons des autobahns.

Hébergement : Bon rapport qualité/prix et agréable terrasse au Polar-Stern de Kühlhungsborn; grand luxe et cadre magnifique au Kempinski Grand Hotel Heiligendamm; bon plan moderne à cinq minutes du Vieux-Stralsund à l’Arcona Hotel Baltic; joli site, ambiance familiale et traitements de santé au Seehotel Binz-Therme. Enfin, l’auberge de jeunesse de Binz est réputée pour être l’une des plus ravissantes d’Europe.

Restauration : Très bonne table au Wilhelms Restaurant, à Kühlhungsborn (Strandstrasse 37), au Kurhaus d’Arenshoop et au Zum Scheel de Stralsund.

Guides : Le Routard Allemagne, bien que généralement complet, pèche néanmoins par manque d’infos sur la région Baltique, à plusieurs égards.

Source: Le Devoir

_____________________
Nicole
Administratrice


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://nossecretsdevoyage.forumperso.com
anastasia.r
Membre émérite
Membre émérite
avatar

Balance Localisation : FRANCE
Emploi/loisirs : VOYAGES SPORT CUISINE DECORATION
Votre pays :

MessageSujet: Re: Allemagne du Nord - À la plage et à la page   Sam 28 Juil 2012 - 13:12

l'eau à 17 degrés faut oser froid désolée pas pour moi, par contre il doit y avoir de magnifiques visites à faire Super
Revenir en haut Aller en bas
Nicole C
Administratrice
Administratrice
avatar

Balance Localisation : Montréal, Québec, Canada
Emploi/loisirs : Retraitée / Voyages, musique, espagnol, lecture
Votre pays :

MessageSujet: Re: Allemagne du Nord - À la plage et à la page   Sam 28 Juil 2012 - 15:17

Pour moi aussi 17C c'est trop froid!!!

_____________________
Nicole
Administratrice


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://nossecretsdevoyage.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Allemagne du Nord - À la plage et à la page   

Revenir en haut Aller en bas
 
Allemagne du Nord - À la plage et à la page
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magasin avec cichlides américains en Belgique???
» Plage de Piémenson - Stationnement non organisé
» La plage gelée
» [inscriptions] NORD .. OYE PLAGE , 2/04
» Visite du Nord Pas de Calais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Secrets de Voyage :: Informations sur les destinations :: Europe-
Sauter vers: